En 2008, la finance piégée par l’illusion de la disparition du risque

 

File 20181119 76134 u8alpr.jpg?ixlib=rb 1.1
La crise de 2008 invite à reconsidérer la causalité entre mathématiques financières et pratiques financières. Jakub Krechowicz/Shutterstock

Christian Walter, Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH) – USPC

Cette contribution est la suite d’un premier article, publié dans ces colonnes, intitulé « Pourquoi la cupidité ne suffit pas à expliquer la crise de 2008 » qui s’intéressait aux modèles mentaux des acteurs de la finance.


Dans l’ouvrage Individus, institutions et marchés publié en 2008, le philosophe grec Chrysostomos Mantzavinos met en avant le fait que les institutions sociales et les processus d’échange de marché peuvent être analysés dans un cadre théorique commun, un cadre qui définit un modèle de comportement individuel pour affronter l’incertitude. Mantzavinos insiste sur le rôle des « modèles mentaux partagés » pour expliquer l’émergence des normes et des institutions, ainsi que les règles de fonctionnement des marchés, par exemple les marchés financiers. Il voit dans ces modèles mentaux (ces « croyances ») la manière de résoudre le problème de Thomas Hobbes de l’instauration de l’ordre social.

Dans une interview récente sur les rapports entre les mathématiques financières et la crise, la mathématicienne Nicole El Karoui affirme que « la crise de 2008 est d’abord une crise de la finance et seulement partiellement de la modélisation ». Par rapport à cette position positiviste, et utilisant la notion de modèle mental au sens de Mantzavinos, je dirais plutôt : « la crise de 2008 est d’abord une crise d’un modèle mental partagé particulier, qui a imprégné aussi bien la finance que la modélisation », sans séparer le monde de la finance (pour reprendre la désormais célèbre expression du candidat Hollande) et le monde de la modélisation financière mathématisée.

Principe de continuité

Comme les modèles mentaux façonnent les enjeux normatifs des agents, ma proposition est ici de considérer que, tant les professionnels de la finance (banquiers, opérateurs de marchés, « quants » etc.) que les professionnels de la recherche (enseignants-chercheurs en mathématiques financières) ont été influencés (façonnés ?) par un modèle mental particulier, à savoir le principe de continuité. Le principe de continuité est un principe de philosophie naturelle postulant que, dans la nature, les choses changent graduellement. Sa formulation la plus compacte s’exprime dans le célèbre adage latin Natura non facit saltus (« la nature ne fait pas de sauts ») que l’on doit au scientifique allemand Gottfried Wilhelm Leibniz (1646-1716).

Le principe de continuité fut à l’origine du calcul infinitésimal (qui comprend le calcul différentiel et le calcul intégral) par Leibniz puis par le physicien Isaac Newton (1643-1727). On remarquera l’ambiguïté originelle de ce principe, qui peut être compris comme mathématique ou métaphysique. Ce principe fut également au fondement des réflexions du naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778) sur la classification des espèces, puis de Charles Darwin (1809-1882) pour la théorie de l’évolution (1859). Il fut ensuite repris par l’économiste britannique Alfred Marshall (1842-1924) qui en fit l’exergue de ses « Principes d’économie politique » (1890). Marshall voulait ainsi montrer que le calcul infinitésimal était l’instrument mathématique fondamental pour développer la science économique.

Le risque financier disparaît comme par magie

Ce principe irrigua par la suite toute la pensée économique néoclassique dont est issue la finance contemporaine. La théorie financière modélisée mathématiquement à partir de 1952 s’inscrit dans le sillage de ce principe de continuité, dont l’un des plus grands succès fut la possibilité d’évaluer les produits dérivés, avec les formules de Fisher Black, Myron Scholes et Robert Merton en 1973, puis avec le théorème fondamental de l’évaluation des actifs financiers, issu de la voie ouverte par Michael Harrison, Daniel Kreps et Stanley Pliska entre 1979 et 1981.

Le principe de continuité fut le modèle mental qui gouverna l’intuition des chercheurs dans l’écriture mathématique des risques financiers, dans les travaux de recherche puis dans l’enseignement de la finance. Le principe de continuité est ainsi devenu le soubassement d’une représentation du probable en finance qui contenait des modes de raisonnements pour les pratiques professionnelles, appuyées sur des mathématiques financières qui reposaient sur le même principe. Avec une représentation mentale s’appuyant sur la continuité, le risque financier disparaît comme par magie, puisque, comme les choses changent graduellement et de manière régulière, on peut toujours prévoir leur évolution et s’en protéger par les techniques des instruments financiers dérivés, qui reposent toutes sur le principe de continuité.

« Crises, krachs : attention à la fausse sécurité des modèles financiers », interview de Christian Walter pour Xerfi canal, novembre 2018.

La science économique à l’écart

Au XXe siècle, ce principe a été mis en défaut par les sciences physiques (avec l’existence de niveaux d’énergie discrets en mécanique quantique) puis par la génétique. La prise en compte de discontinuités fit progressivement partie du nouveau paradigme qui se forma contre l’ancienne manière de comprendre la nature. Mais la science économique resta à l’écart de cette contestation, et la finance moderne se construisit en l’ignorant. La gestion indicielle ou les techniques d’assurance de portefeuilles sont des traces visibles de la prégnance de ce principe à la fois dans les pratiques professionnelles financières et dans les travaux de modélisation mathématique de la finance. Dans l’ouvrage collectif intitulé « La fabrique de la finance » (The Making of Finance, 2018), nous avons retracé (au chapitre 8) les controverses scientifiques qui ont surgi à la suite de l’usage illimité de ce principe de continuité dans les pratiques financières et les mathématiques financières.


À lire aussi : Mobiliser les sciences sociales pour repenser la finance


Notre propos ici n’est donc pas de revenir sur les débats usés qui prennent position pour ou contre les mathématiques financières, mais de proposer de reconsidérer la causalité entre mathématiques financières et pratiques financières. Considérer qu’un modèle mental comme le principe de continuité a façonné les enjeux des agents, chacun dans leur domaine respectif, permet aussi bien de dépasser la classique accusation des mathématiques financières (« c’est à cause des modèles mathématiques que la crise a eu lieu ») que la classique défense des mathématiques financières (« nos modèles sont conçus pour des états de marché hors crise, et c’est leur mauvais usage qui les rend dangereux »). Ces deux positions sont symétriquement positivistes car elles mettent face-à-face modèles mathématiques et monde réel (le face-à-face étant la marque philosophique du positivisme). Mais elles occultent le fait que, comme le montre l’ouvrage collectif mentionné plus haut, la finance se « fabrique », au moyen, justement, de modèles mentaux partagés, qui rendent poreuse la frontière entre mathématiques financières et pratiques financières. Le principe de continuité a irrigué chaque composante de cette fabrique de la finance.

S’il fallait pour conclure trouver un signe de la prégnance de principe, on pourrait relever les propos d’Alan Greenspan, président de la FED de 1987 à 2006, qui avait écrit dans une tribune publiée par le Financial Times en 2008 : « nous ne pourrons jamais anticiper toutes les discontinuités des marchés financiers ». Le mot « discontinuité » est clair : pour Greenspan, la nature financière ne fait pas de sauts, la dynamique « naturelle » des marchés est continue. Pas facile de se débarrasser de ce principe de continuité…The Conversation

Christian Walter, Titulaire de la chaire « Éthique et Finance » du Collège d’études mondiales de la FMSH., Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH) – USPC

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Pourquoi la cupidité ne suffit pas à expliquer la crise de 2008

File 20181010 72127 wztnfp.jpg?ixlib=rb 1.1
Les modèles mentaux auraient favorisé les comportements dangereux en minimisant le risque. Sirtravelalot/ Shutterstock

Christian Walter, Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH) – USPC

C’était entendu : une fois passés les commentaires économiques sur la dette et le secteur immobilier, l’élément explicatif de la crise se résumait à des considérations comportementales sur les acteurs, ce qui appelait à une refondation déontologique de la finance. Dans la plupart des cas, on a parlé et on parle encore de l’avidité ou de la cupidité des financiers, assimilés à d’horribles requins qui sucent le sang de l’économie et qui seraient évidemment incapables par nature de refréner leur insatiable appât du gain. Ajoutez à cela une innovation financière débridée, une complexité mathématique incontrôlée, la puissance des lobbys financiers ou bancaires, et vous avez tous les ingrédients qui ont précipité le système financier dans la chute cathartique que l’on a connue.

Un constat qui avait inspiré au candidat François Hollande sa désormais fameuse tirade : « mon véritable adversaire, c’est le monde de la finance » car, « en 20 ans, la finance a pris le contrôle de nos vies et s’est affranchie de toute règle, de toute morale, de tout contrôle », avait-il lancé dans son discours du 22 janvier 2012 au Bourget. Depuis, on a retrouvé (et on trouve encore) cette antienne déclinée un peu partout avec des variantes diverses selon les lieux d’origine où elle est prononcée.

Extrait du discours de François Hollande au Bourget, le 22 janvier 2012.

Cette chute à la fois financière et morale appelle donc à une refondation morale du capitalisme (ou de la finance) afin d’éviter que cela recommence à nouveau. C’est le domaine de l’éthique déontologique et des codes de bonne conduite, ou transformation de soi par des principes supposés « bons ». C’est le domaine de l’éthique de l’action et des valeurs. C’est le domaine des recommandations religieuses à l’origine de la finance chrétienne ou de la finance islamique, qui se présentent comme une « autre » finance face à la finance occidentale folle.

Pourquoi 2008 et pas 2004 ou 2012 ?

Pourtant, une fois l’émotion et la colère passées, ce diagnostic n’est pas suffisant. Cette caractéristique de la pensée unique sur la crise revient à fournir une explication exclusivement individuelle de l’emballement ayant conduit à la débâcle. Imaginons en effet que l’avidité et la cupidité soient des composantes inhérentes de la nature humaine engagée dans la sphère financière. Imaginons que ces moteurs affectifs se mettent en route dès qu’il est question d’argent. Une question vient alors immédiatement : si ces travers sont présents de tout temps, comment expliquer la date de crise ? Pourquoi à ce moment-là, et pas avant, ni plus tard ? Pourquoi 2008 et pas 2004 ou 2012 ? Et pourquoi pas 2020 ou 2022 ?

On pourrait objecter que, précisément, déjà en 1987, en 1998, ou encore en 2000 avec les déboires de la « nouvelle économie », on avait vu des bulles financières se former et exploser. Cela montre bien, s’il en fallait encore une preuve, que l’avidité est au centre du système de la finance sui generis. Mais alors, répondra-t-on à nouveau, pourquoi ces moments et pas d’autres ? Qu’est-ce qui cause le déclenchement de la crise ? Si l’avidité est une constante psychologique de la nature humaine, alors il faut que, sur ce terrain d’une humanité imparfaite, un élément extérieur apparaisse pour provoquer la chute des marchés et la débâcle financière.

Pour tenter d’apporter quelques éléments de réponse, considérons de plus près la population des professionnels de la gestion des risques. N’est-ce pas curieux que ceux-là même dont le métier est de soupeser les risques aient été à ce point aveuglés ? On dira : ils ont été aveuglés par l’appât du gain ! On dira : il y avait des conflits d’intérêts avec les agences de notation ! Mais est-ce si simple ?

L’impact des modèles mentaux

Il semble donc nécessaire de considérer un autre moteur dans le déclenchement de la crise. Aux comportements qualifiés d’avides ou de cupides se sont très certainement ajoutés des modèles mentaux. En psychologie cognitive, le modèle mental désigne la façon dont un individu se représente le monde, ce qui lui permet d’anticiper les conséquences d’une action. Par exemple, dans une course en montagne sur un sentier escarpé, on se représente mentalement les caractéristiques d’un risque (chute de pierres, chute dans un précipice, dangerosité d’un passage, etc.) pour anticiper les résultats d’une action qu’on fera (aller plus vite, ralentir, etc.). Le modèle mental du risque pourra ainsi conduire à une attitude de prudence (on ne court pas sur une vire étroite).

Dans la finance, les modèles mentaux ont, semble-t-il, favorisé des comportements aux effets nocifs car le risque était mal intégré. Pour citer Tom Savage, le président d’AIG Financial Products, « les modèles suggéraient que le risque (des credit default swaps, produits dérivés à l’origine de la crise) était très lointain. Les commissions devenaient alors une rémunération quasi gratuite… Il suffisait de noter les risques puis de profiter de l’argent ».

Soyons clairs. Il ne s’agit surtout pas ici d’innocenter les comportements irresponsables qui ont provoqué la catastrophe financière, ni de minimiser la défaillance morale complète de certains acteurs majeurs du système financier. Il s’agit plutôt de souligner que le diagnostic, véhiculé par la pensée unique sur la crise, reste incomplet. Il me paraît donc important de souligner la limite de l’argumentation explicative purement affective (avidité et cupidité) pour y ajouter une explication cognitive, car les modèles mentaux ont renforcé ces enjeux affectifs.

Si l’on veut que les choses bougent, l’éthique financière ne doit plus ignorer l’impact des modèles mentaux dans le fonctionnement du système de marché. Surtout si ces représentations mentales favorisent une démesure comme celle dont les effets ont été observés en 2008. Je propose donc de considérer la modélisation mathématique du risque comme un modèle mental en lui-même, dans la mesure où cette modélisation a été l’une des causes de la catastrophe de 2008.


Nous vous proposerons très prochainement la suite de cet article qui cherchera à décrire précisément ces modèles mentaux qui ont conduit la profession financière dans son ensemble à l’illusion de la disparition du risque.

Christian Walter, Titulaire de la chaire « Éthique et Finance » du Collège d’études mondiales de la FMSH., Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH) – USPC

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

EST-IL RAISONNABLE D’ÊTRE RATIONNEL ? LE CAS DE LA GESTION D’ACTIFS

5e édition du colloque scientifique SMA – FMSH – Mercredi 21 novembre

Depuis 2009, pour réfléchir aux causes de la crise de 2008 et en éviter une nouvelle, des chercheurs issus de plusieurs disciplines, mobilisés à l’initiative d’Hubert Rodarie et coordonnés par Christian Walter, croisent leurs travaux dans le but de questionner les présupposés théoriques des modèles de risque qui ont rendu certaines pratiques professionnelles et certaines normes financières ou légales inefficaces voire dangereuses.

L’objectif global de cette initiative est de réfléchir aux adaptations du cadre conceptuel pour bâtir une régulation plus sûre, afin de rendre le système économique et financier moins fragile et plus adapté à une croissance de long terme.

Cette initiative prend la forme de colloques organisés dans le but d’instaurer un double dialogue, d’une part, entre des professionnels de l’industrie et du commerce et des professionnels de la recherche dans plusieurs disciplines, et d’autre part, entre disciplines.

À l’heure où le destin de la construction européenne et de la puissance publique dans les Etats européens semble fortement lié au fonctionnement de l’économie financiarisée qui sous-tend l’activité humaine, il importe de comprendre dans quel processus s’inscrit la normalisation des comportements individuels vis-à-vis du risque financier. Dans le cadre de ce cinquième colloque, on cherchera, ainsi, à comprendre comment et pourquoi la mise aux normes des comportements individuels par une forme spécifique de rationalité est devenue un enjeu majeur pour la régulation financière. Plus précisément, on examinera comment une représentation scientifique, la théorie du choix rationnel, se diffuse auprès des professionnels et on analysera ensuite quelles en sont les conséquences pour les marchés financiers.

À l’occasion de ce colloque, le réseau (Think Network) CHRONOS sera lancé officiellement. Ce Think Network, réseau international de réflexion et de production de contenus rassemblera des professionnels de l’industrie, du commerce et de la recherche pour travailler à la mise en place d’une régulation socialement responsable et durable.

Colloque co-organisé par Christian Walter, titulaire de la chaire Ethique et Finance du Collège d’études mondiales de la FMSH, membre associé à l’ISJPS, Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne, UMR 8103 (CNRS-Panthéon Sorbonne), Hubert Rodarie, directeur général délégué du groupe SMA et Emmanuel Picavet, professeur d’éthique appliquée, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur du Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne, ISJPS, Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne, UMR 8103 (CNRS-Panthéon Sorbonne).


Programme | Mercredi 21 novembre

Auditorium de Cap SMA | 8 rue Louis Armand, Paris 15

14h Accueil

14h30 Introduction
| Patrick Bernasconi, président du Conseil économique, social et environnemental et président de SMAvie

| Hubert Rodarie et Christian Walter
Les enjeux du colloque : pourquoi aborder la théorie du choix rationnel ?

15h-16h15 1ère session – Imposer la théorie du choix rationnel (TCR) : paternalisme rationnel et contraintes de rationalité
| Michel Piermay, président de Fixage
Quelle rationalité dans les appels d’offre en gestion financière ?

| Mikael Cozic, maître de conférences en philosophie des sciences, de la connaissance et du langage, département de philosophie de l’université Paris 12, Institut d’histoire et de philosophie des sciences et des techniques (Paris I, CNRS & ENS Ulm) et département d’études cognitives (ENS Ulm)
Les dispositifs de rationalisation des comportements individuels

| Sébastien Lalevée, directeur général, Financière Arbevel
La gestion fondamentale : rationalité de la gestion irrationnelle

16h30-18h 2e session – Critiquer la TCR : un éclairage pluridisciplinaire
| Olivier Le Courtois, professeur, EM Lyon
Théorie du choix rationnel et théorie des perspectives : un exemple

| Cyril Hédoin, professeur des universités en sciences économiques, laboratoire REGARDS (EA 6292), université de Reims Champagne-Ardenne
Rationalité et théorie des préférences révélées : la critique d’A. Sen

| Christian Schmidt, professeur émérite, université Paris-Dauphine, président de l’association européenne de neuroéconomie.
Les pièges mentaux des choix rationnels

Conclusion et questions-réponses

Cocktail dans le foyer de l’auditorium

“Connaissance, éthique et régulation”

Table ronde

Congrès Mondial de Philosophie (sous l’égide de la Fédération Internationale des Sociétés de Philosophie, Pékin,2018).

Compte rendu (Emmanuel Picavet).

Objet et finalités de la rencontre

Cette table ronde organisée par E. Picavet (en concertation avec Christian Walter et Gilles Campagnolo) a tiré son origine d’un constat : dans les efforts ou tentatives de régulation de systèmes complexes comportant des interactions sociales, l’éthique est indissociable des connaissances que l’on développe à propos de ces systèmes. Qu’il s’agisse de systèmes techniques, médicaux, financiers ou autres, le type de maîtrise que vise la « régulation », qui doit concrétiser les principes éthiques de référence, dépend très fortement de la mobilisation de connaissances qui prennent alternativement la forme de théories ou de modèles.

Cette maîtrise pose des problèmes aigus qui accréditent aujourd’hui l’hypothèse d’un « risque de régulation » spécifique, dont les enjeux prudentiels et éthiques restent mal éclaircis. Dans le monde contemporain, la régulation des systèmes complexes d’interactions est précisément l’un des leviers de l’évolution de l’éthique et des aspirations à l’institutionnalisation de l’éthique. La clarification des connaissances mobilisées à propos des fonctionnements des systèmes à réguler est a priori un facteur de meilleure identification des enjeux proprement éthiques.

Toutefois, de nombreuses recherches récentes montrent aussi que la mobilisation des modèles ou des théories oriente dans un certain sens les arguments éthiques recevables, les finalités collectives reconnues, les modalités acceptées de justification, etc. En d’autres termes, au-delà d’une éthique des valeurs et des principes, les questions d’interprétation et de mise en œuvre des principes de régulation orientent la réflexion vers une éthique de la mobilisation et de l’usage des connaissances au sujet des interactions sociales.

La table ronde a donc eu pour mission l’examen de ces enjeux à partir de différents domaines des recherches en cours, des conséquences qui peuvent en résulter pour la compréhension de la régulation des systèmes complexes (en particulier à propos du rôle qu’y jouent les principes, les règles et les modèles) et pour les tâches présentes de l’éthique dans des contextes institutionnels.

La table ronde a trouvé sa place dans le projet CHRONOS de la Chaire Ethique et Finance du Collège d’Etudes Mondiales, dont le titulaire est Christian Walter (Fondation Maison des Sciences de l’Homme, Paris) en partenariat avec SMA-BTP. Le soutien et l’accompagnement de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme et de SMA-BTP font ici l’objet de vifs remerciements. L’aide précieuse de Gilles Desfeux et de Gwenaëlle Lieppe pour la préparation du voyage à la FMSH-CEM est également mentionnée avec reconnaissance. 

Par ailleurs, la rencontre a illustré la collaboration franco-chinoise engagée par les universités Tsinghua (Pékin, Chine) et Paris 1 Panthéon-Sorbonne (France). Le projet a été conçu en concertation avec l’université Laval (Québec, Canada – Patrick Turmel et Marie-Hélène Parizeau). Les débats, très vivants grâce à un public assez nombreux, ont pu avoir lieu en français. L’événement a été présenté et commenté dans des journaux italiens : Mezzogiorno di Oggi, La Gazzetta del Mezzogiorno.

Prolongements

A l’occasion de cette rencontre et de sa préparation, des contacts ont éténoués avec des personnalités impliquées dans les échanges franco-chinois,notamment Yu Li, Maître de conférences en Modélisation, information et systèmesà l’université de Picardie (Amiens) et Lu Wan Fen (Sciences Po Paris). Descontacts ont été noués, par ailleurs, avec des personnalités chinoisesimpliquées dans la communication scientifique, en particulier Li Zhao, journalisteet correspondant chinois du Science and Technology Daily, InternationalDepartment, qui souhaite accompagner les développements de la réflexion surles normes et la régulation en France.

Les finalités de la rencontre et sa signification pour la Philosophie économique font l’objet d’un exposé d’Emmanuel Picavet le 30 octobre 2018, lors de la session sur l’interdisciplinarité, dans le cadre du colloque du programme  « Humanisme en Europe et en Chine » (Sorbonne, 29-30 octobre 2018, org. Lu wan Fen).

Un projet de publication conjointe des actes de la rencontre de Pékin et des actes du Forum de la Société Française de Philosophie dans le même congrès (sur  « Les transformations de la responsabilité ») sera présenté à un éditeur – sans doute Vrin à Paris – à la fin de l’année 2018.

A l’occasion de ce Forum organisé parallèlement, un approfondissement des questions de responsabilité a été possible. Dans ce contexte, l’exposé de Wang Pei (docteure de l’université Tsinghua, recrutée tout récemment à l’université Fudan à Pékin), consacré aux concepts de société et de communauté dans la pensée chinoise et dans l’assimilation chinoise de la pensée sociale européenne, a permis de donner un ancrage aux comparaisons franco-asiatiques.

La rencontre de Pékin nourrira par ailleurs le processus de préparation des deux numéros Est-Ouest prévus, en 2019 et 2020, dans la Revue de Philosophie Economique/ Review of Economic Philosophy. Ce projet éditorial illustrera la volonté de décloisonnement des cultures de recherche occidentales et asiatiques qui s’est exprimée lors de la séance de clôture du congrès de Pékin. 

La liaison entre interdisciplinarité et dialogue interculturel illustrée par la rencontre de Pékin et par la rencontre organisée parallèlement avec les collègues de l’université Tsinghua (qui a accueilli A. Palermo, E. Picavet et G. Campagnolo à l’occasion du congrès), à l’initiative de la pr. Xia Ying, appelait d’autres approfondissements. De fait, la question a été reprise, à partir de l’exemple de cette table ronde, dans l’intervention d’E. Picavet le 30 octobre 2018, en Sorbonne, dans le cadre du colloque du programme « L’humanisme en Europe et en Chine ».

Enfin, la présence de Francesco di Iorio, professeur à l’université de Nankai, aura permis d’associer les études réalisées en France sur la régulation et les normes au lancement cette année, en Chine, à l’initiative du pr. Di Iorio, de la Société asiatique des études en philosophie des sciences sociales (dont le premier congrès aura lieu à Nankai en 2019).

Le lancement du programme partenarial CHRONOS aura fait l’objet d’une annonce lors de la table ronde.

Programme de la rencontre

– 9h Emmanuel Picavet        « La diversité des approches normatives et les risques de la régulation ».   

 – 9h30  Jean Devos  “Le concept de régulation”

– 10h Gilles Campagnolo  Penser l’apprentissage de la responsabilité avec Karl Popper : la pertinence de l’apprentissage de la règle dans la question de la régulation

– 10h30 Pause

 10h45 –11h15 Angela Palermo: “Argumentation, raisonnement et écriture des normes”

11h15-11h45  Jacob Dahl Rendtorff  « Ethique et régulation de la responsabilité et de l’éthique de l’entreprise»

11h45-13h    Synthèse et perspectives ; discussion générale.  

Déroulement des débats

Emmanuel Picavet  a consacré son exposé, à finalité partiellement introductive, au thème de la diversité des approches normatives face aux risques de la régulation. C’est dans cette perspective qu’il a pu faire ressortir la nécessité actuelle du lancement d’un programme tel que CHRONOS.

La présentation s’articulait au constat qui donne sa raison d’être à la table ronde: dans la régulation de systèmes complexes comportant des interactions sociales, l’éthique est indissociable des connaissances que l’on développe à propos de ces systèmes. C’est sur la base de ce constat que se profile la figure contemporaine d’un « risque de régulation » spécifique, dont les enjeux restent mal éclaircis.

La clarification des connaissances mobilisées à propos des fonctionnements des systèmes à réguler est a priori un facteur de meilleure identification des enjeux proprement éthiques. Toutefois, de nombreuses recherches récentes montrent aussi que la mobilisation des modèles ou des théories oriente dans un certain sens les arguments éthiques recevables, les finalités collectives reconnues, les modalités acceptées de justification, etc. Or, les biais qui en résultent comportent des risques qui affectent la régulation elle-même et non pas seulement les événements indépendants dont elle tire sa justification du fait du besoin d’encadrement ou de sécurisation.

Les appels à la prise de conscience des risques mobilisent des systèmes d’orientation collective volontariste, de concertation et d’organisation du débat, de garanties (et d’interdictions corrélées), de régulation politique ou administrative des interactions sociales (avec leurs volets économiques, scientifiques technologiques et normatifs). Se posent donc des problèmes de conception de la délibération, de la concertation, de la décision collective. A partir du cas de l’éthique financière, il apparaît que la dimension mondiale des risques appelle d’emblée un dialogue dépassant les héritages nationaux et culturels à un certain échelon de la problématique, sans nier pour autant les diffractions significatives des problèmes communs dans les différents « milieux » humains structurés par des identités et héritages particuliers.

Ainsi, la structuration nationale des professions et des systèmes sociaux ne peut être ignorée. N’est-elle pas une ressource et un gage de diversité des solutions, et pas seulement un obstacle opposé à la quête (éventuellement déraisonnable) de l’uniformité ? La manière de penser la régulation fait intervenir nos conceptions de la complexité mais elle doit mobiliser aussi – c’est ce que nous tenterons de montrer – un rapport spécifique, et qui doit être assumé, à la diversité des approches de la réalité sociale et aux différentes manières de comprendre les objectifs de la maîtrise des systèmes et de la concrétisation de valeurs ou principes. L’analyse a été illustrée par certaines évolutions récentes des systèmes de régulation financière et assurantielle, saisis dans leurs rapports avec les traditions et les formes de légitimation issues du développement de l’Etat social européen.  

Jean Devos a cherché à cerner le concept de régulation avec l’ambition d’en analyser la signification et d’en mesurer la portée épistémologique et éthique. Le concept de régulation concerne à la fois la connaissance du vivant, la science des machines, et l’étude des sociétés. La régulation, qui est « le fait biologique par excellence » (G. Canguilhem), recèle des  potentialités d’extension à la société : en effet, l’organisation sociale est viable dans la mesure de l’efficience des mécanismes régulateurs qui y sont montés. On attend des dispositifs régulateurs qu’ils concourent à l’endurance des ensembles humains, par nature complexes et instables. L’autorégulation de la machine organisée vaut comme modèle d’efficacité pour soutenir l’existence d’une totalité dans la durée.

  Cela pose le problème des limites de l’articulation du social au biologique. Il s’agit de distinguer trois modes du concept de régulation, selon qu’il concerne la connaissance du vivant, les machines considérées en elles-mêmes, ou l’organisation de la société. Sans ces distinctions, nous risquons de confondre des régimes de normativité pourtant bien différents. L’assimilation de la régulation sociale à une régulation de type mécanique se double d’une confusion entre normes éthiques et normes techniques. Or, la norme éthique n’est pas de même ordre que celle qui commande l’efficience technique : elle est une norme du jugement sur la conduite, et non pas une norme de la conduite. Il s’agit in fine de démontrer la nécessaire subordination de l’extension du concept de régulation aux normes éthiques fondamentales, dont la première est la liberté de jugement. 

  L’exposé de Gilles Campagnolo, partant d’une évocation très synthétique des enjeux actuels de la philosophie économique (notamment dans le dialogue entre l’Europe et l’Asie qu’illustrent un certain nombre de parutions récentes), s’est tourné ensuite vers l’intérêt persistant de la philosophie de Popper. S’il est une figure de Karl Popper qui semble avoir échappé au commentaire, du moins en langue française, c’est celle de Popper pédagogue intéressé aux questions de l’apprentissage du côté du sujet et donc de la psychologie des apprenants, avant même de se tourner vers la logique de ce qui doit être appris. Cette négligence du commentaire contribue à donner l’image d’un auteur dont la théorie est par ailleurs souvent (et à tort) réduite à son épistémologie « faillibiliste ».

  La face méconnue de Popper correspond paradoxalement à ses racines les plus originelles, la période « viennoise » de sa vie : son enfance et sa jeunesse, la période de formation et ce qui contribua à faire de l’auteur de la Logique de la découverte scientifique un penseur qui devait être autant attaqué que célébré. En particulier, en contexte français, la traduction tardive de ses oeuvres, a eu cet pour effet une certaine réticence produisant à son tour un rejet ou une limitation de sa réception. L’édition par G. Campagnolo de ses textes de jeunesses (publiés à Vienne avant la Logik der Forschung), fondée sur un travail fouillé dans les archives de la Karl Popper Sammlung vient en quelque sorte clôturer, en la rectifiant de ce point de vue, un travail éditorial jusque-là encore partiel.

  Ces premiers textes (prévus pour parution à l’automne 2018) sont relatifs aux questions de l’apprentissage, de l’expérience et de la mémoire, et tous liés mais non circonscrits à des questions pédagogiques. Non seulement la théorie épistémologique de Popper n’est pas surgie soudain toute armée de son esprit, mais les éléments qui contribuèrent à la faire naître peuvent être tout à fait documentés sur pièce et les caractéristiques qu’ils présentent ne disparurent pas de l’oeuvre de Popper – au contraire, c’est cet accent initial qui, avec quelque inflexion, fut développé ensuite dans la direction que ses recherches devaient prendre, depuis la psychologie de la pédagogie jusqu’à la logique psychologique, à la logique des sciences et à l’épistémologie tout court.

  En retraçant ce parcours, G. Campagnolo a souligné les caractères spécifiques de l’apprentissage de la règle lorsqu’il s’agit de développer une analyse de la réception de la réglementation, à propos de questions relevant des sphères sociale et surtout économique – dont la sphère financière constitue alors un exemple étonnamment pur.

Angela G. Palermo, évoquant la triade « Argumentation, raisonnement et écriture des normes », a proposé des analyses approfondies du rapport au probable et donc au risque. A l’époque moderne, la tentative de rationalisation à laquelle ont été sujettes les « Sciences Humaines », comme le droit, s’est déployée à l’aide de la construction d’un nouveau langage qui avait, au fond, une volonté réformatrice.

La philosophie des sciences humaines du XVIIe siècle est une philosophie de la représentation, le signe écrit étant l’expression d’une exigence qui vise au dépassement des limites posés par le langage commun. La nouvelle conception binaire du signe a séparé le vu et le lu, le visible et l’énonçable. Pour que le droit devienne une science, il lui a fallu s’affranchir de sa dimension orale et argumentative. La philosophie des sciences humaines à l’époque moderne, avec toutes les complexes questions épistémologiques qui lui sont attachées, devient alors l’occasion de jeter un regard attentif et novateur sur la philosophie de l’argumentation contemporaine, sur la rhétorique et sur le rôle des Sciences Humaines aujourd’hui. Ces questions sont d’autant plus intéressantes qu’elles se situent à la limite entre science et morale, en brisant l’ancien dualisme à l’intérieur duquel s’est développée la théorie de la connaissance pendant des siècles.

L’exposé d’A. Palermo a lancé le débat sur le sens des tentatives de rationalisation des normes qui passent par l’adoption (ou la tentative d’adoption) d’un langage théorique. Le risque de remplacement artificiel de questions pressantes par des problèmes théoriques est réel ; d’un autre côté, bien sûr, on ne peut oublier la force des aspirations à la systématisation et à la démonstration. Le rêve du XVIIe siècle est resté inabouti mais l’essor de la logique formelle, du calcul des probabilités, et plus tard de la théorie des jeux et de la théorie des choix collectif, ont eu un impact sur nos conceptions du droit et des droits individuels.

Enfin, la lecture d’un texte confié à E. Picavet par Jacob Rendtorff a permis de poser d’autres  jalons pour l’étude des rapports entre éthique et régulation. Nourrie des réflexions et des aspirations contemporaines en matière de responsabilité sociale et environnementale, cette contribution a permis de comprendre que l’adoption de règles contraignantes ne peut jamais être interprétée comme la conséquence logique de l’approbation morale des buts qui orientent la rédaction des règles. En réalité, dans un certain nombre de domaines, la liaison entre règles impératives et éthique relève d’une dialectique plus complexe. L’endossement de repères éthiques joue dans la régulation de systèmes sociaux complexes un rôle que ne remplace pas l’édiction de règles contraignantes. Pour de multiples raisons, la régulation s’appuie sur l’endossement personnel des valeurs et l’engagement. L’exposé a bien montré que ce complexe d’idées joue un rôle dans la pluralisation contemporaine des fonctions ou rôles reconnus aux entreprises.

  La discussion générale a ouvert d’autres perspectives. Ainsi, le professeur Daniel Schulthess (université de Neuchâtel) a souligné que la table ronde aboutissait au diagnostic d’une tension forte entre régulation et compétition. Pour autant, poursuivait-il, la concurrence mène à des besoins de régulation. De fait, les participants ont convenu de la nécessité de la prise en compte de la dynamique propre aux normes pour bien saisir la manière dont les tâches de régulation associent les règles, l’éthique et les modèles de la concurrence.

Chronos

CHRONOS est né des travaux réalisés depuis une dizaine d’années dans le cadre du partenariat noué entre le groupe d’assurance SMA et la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH).

CHRONOS est un réseau de réflexion affilié à la FMSH, qui rassemble des chercheurs de plusieurs disciplines et des professionnels de l’industrie et du commerce.

CHRONOS a pour objectif de promouvoir la réflexion sur les rapports entre les hommes et les normes : les normes financières d’abord, puis plus générales ensuite, et les bases des normes, notamment lorsqu’elles structurent ou continuent à structurer un système d’activité.

Le carnet de CHRONOS a pour objectif de diffuser les recherches en cours au sein du réseau CHRONOS par le biais de billets courts ou d’articles plus longs, de résumés d’articles avec le lien vers la référence d’origine, de notes sur des livres ou d’autres articles, même courts, d’idées explorées, de partie de futur article ou de chapitre de livre, de réaction à une actualité. Avec le consentement des partenaires du réseau le carnet relayera aussi les événements ayant été organisés par les membres du réseau.