Problématique générale

Le réseau CHRONOS (Chantier de réflexion sur les organisations et les normes systémiques) s’est constitué à partir de la prise de conscience de la nécessité d’une réflexion renouvelée sur les rapports entre normes, normalisation des pratiques et régulation de systèmes complexes (faisant intervenir à la fois l’encadrement institutionnel, les outils mobilisés, la prise de responsabilité, le dialogue et le maniement collectif de théories, modèles et connaissances).

Dans des systèmes sociaux fortement marqués par l’appropriation collective de connaissances à la fois décisives et vulnérables, et en des temps qui voient renaître de grandes incertitudes, les questions de responsabilité épistémique et de rapport réfléchi aux normes se posent inéluctablement et appellent des efforts théoriques autant qu’une réflexion appliquée à partir des pratiques.

On abordera en particulier les enjeux de la construction de nouvelles normes de régulation dans un environnement marqué par la complexité. La relation entre régulation et complexité sera examinée en prenant en compte un risque déjà relevé par Norbert Wiener, celui de la robotisation des activités humaines dans une démarche totalisante.

Ainsi, dans le champ financier, de nouvelles formes de régulation apparaissent en lien avec la transition écologique de la finance et les enjeux de la crise climatique et environnementale, dans un contexte marqué par l’émergence des données massives. Sur ce volet, le séminaire permettra d’aborder le processus de normalisation des pratiques professionnelles financières en examinant l’interface des normes et des acteurs engagés dans ces pratiques (professionnels de l’investissement, régulateur, autorités de tutelle des marchés), ainsi que la manière dont les chiffres font loi (en incluant les problématiques induites par l’usage des algorithmes dans le secteur financier).  

Ainsi, dans le cas de la finance, à partir des années 1980, les voies dominantes de la théorisation ont conduit à une représentation assez particulière des risques des marchés et de leur régulation. Cette perspective, dont le maniement est entré en contact avec des convictions et des ambitions néolibérales, a certainement joué un rôle dans les accidents financiers  (crise de 2008) mais aussi dans les rapports de plus en plus problématiques de la financiarisation à l’économie réelle et à l’environnement. Si les critiques politiques ou idéologiques de la finance ont remis en question l’ « évidence » de l’efficacité informationnelle des marchés et les fondements conceptuels de l’usage de la notion d’équilibre, ces approches ont cependant délaissé la critique pourtant nécessaire des représentations du risque et des modélisations du risque financier, et d’une manière générale l’enjeu des métriques présupposées dans les réglementations. Les débats autour des métriques vertes ou de la finance humaniste sont marqués par ces enjeux.

Les objets et outils techniques qui sont des vecteurs de la globalisation financière (mesures de risque, méthodologie de l’appréciation des impacts, indicateurs de performance environnementale, etc.) jouent un rôle dans les croyances et les pratiques reliées (à tort ou à raison) aux ambitions en matière de transition écologique. Contribuant à une anthropologie de la mondialisation, le séminaire abordera les rapports entre construction des normes et transition.

Le séminaire se veut un espace interactif, ménageant une large place à la participation, avec la présence de professionnels du secteur financier à côté des chercheurs dans les disciplines pertinentes. Fondé sur une diversité de pratiques et de compétences professionnelles et bénéficiant de la contribution et de l’expérience de l’Af2i et de ses membres, le séminaire donnera l’occasion d’examiner les articulations entre normes financières, socio-économiques et environnementales, critères ESG et ODD.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search