“Connaissance, éthique et régulation”

Table ronde

Congrès Mondial de Philosophie (sous l’égide de la Fédération Internationale des Sociétés de Philosophie, Pékin,2018).

Compte rendu (Emmanuel Picavet).

Objet et finalités de la rencontre

Cette table ronde organisée par E. Picavet (en concertation avec Christian Walter et Gilles Campagnolo) a tiré son origine d’un constat : dans les efforts ou tentatives de régulation de systèmes complexes comportant des interactions sociales, l’éthique est indissociable des connaissances que l’on développe à propos de ces systèmes. Qu’il s’agisse de systèmes techniques, médicaux, financiers ou autres, le type de maîtrise que vise la « régulation », qui doit concrétiser les principes éthiques de référence, dépend très fortement de la mobilisation de connaissances qui prennent alternativement la forme de théories ou de modèles.

Cette maîtrise pose des problèmes aigus qui accréditent aujourd’hui l’hypothèse d’un « risque de régulation » spécifique, dont les enjeux prudentiels et éthiques restent mal éclaircis. Dans le monde contemporain, la régulation des systèmes complexes d’interactions est précisément l’un des leviers de l’évolution de l’éthique et des aspirations à l’institutionnalisation de l’éthique. La clarification des connaissances mobilisées à propos des fonctionnements des systèmes à réguler est a priori un facteur de meilleure identification des enjeux proprement éthiques.

Toutefois, de nombreuses recherches récentes montrent aussi que la mobilisation des modèles ou des théories oriente dans un certain sens les arguments éthiques recevables, les finalités collectives reconnues, les modalités acceptées de justification, etc. En d’autres termes, au-delà d’une éthique des valeurs et des principes, les questions d’interprétation et de mise en œuvre des principes de régulation orientent la réflexion vers une éthique de la mobilisation et de l’usage des connaissances au sujet des interactions sociales.

La table ronde a donc eu pour mission l’examen de ces enjeux à partir de différents domaines des recherches en cours, des conséquences qui peuvent en résulter pour la compréhension de la régulation des systèmes complexes (en particulier à propos du rôle qu’y jouent les principes, les règles et les modèles) et pour les tâches présentes de l’éthique dans des contextes institutionnels.

La table ronde a trouvé sa place dans le projet CHRONOS de la Chaire Ethique et Finance du Collège d’Etudes Mondiales, dont le titulaire est Christian Walter (Fondation Maison des Sciences de l’Homme, Paris) en partenariat avec SMA-BTP. Le soutien et l’accompagnement de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme et de SMA-BTP font ici l’objet de vifs remerciements. L’aide précieuse de Gilles Desfeux et de Gwenaëlle Lieppe pour la préparation du voyage à la FMSH-CEM est également mentionnée avec reconnaissance. 

Par ailleurs, la rencontre a illustré la collaboration franco-chinoise engagée par les universités Tsinghua (Pékin, Chine) et Paris 1 Panthéon-Sorbonne (France). Le projet a été conçu en concertation avec l’université Laval (Québec, Canada – Patrick Turmel et Marie-Hélène Parizeau). Les débats, très vivants grâce à un public assez nombreux, ont pu avoir lieu en français. L’événement a été présenté et commenté dans des journaux italiens : Mezzogiorno di Oggi, La Gazzetta del Mezzogiorno.

Prolongements

A l’occasion de cette rencontre et de sa préparation, des contacts ont éténoués avec des personnalités impliquées dans les échanges franco-chinois,notamment Yu Li, Maître de conférences en Modélisation, information et systèmesà l’université de Picardie (Amiens) et Lu Wan Fen (Sciences Po Paris). Descontacts ont été noués, par ailleurs, avec des personnalités chinoisesimpliquées dans la communication scientifique, en particulier Li Zhao, journalisteet correspondant chinois du Science and Technology Daily, InternationalDepartment, qui souhaite accompagner les développements de la réflexion surles normes et la régulation en France.

Les finalités de la rencontre et sa signification pour la Philosophie économique font l’objet d’un exposé d’Emmanuel Picavet le 30 octobre 2018, lors de la session sur l’interdisciplinarité, dans le cadre du colloque du programme  « Humanisme en Europe et en Chine » (Sorbonne, 29-30 octobre 2018, org. Lu wan Fen).

Un projet de publication conjointe des actes de la rencontre de Pékin et des actes du Forum de la Société Française de Philosophie dans le même congrès (sur  « Les transformations de la responsabilité ») sera présenté à un éditeur – sans doute Vrin à Paris – à la fin de l’année 2018.

A l’occasion de ce Forum organisé parallèlement, un approfondissement des questions de responsabilité a été possible. Dans ce contexte, l’exposé de Wang Pei (docteure de l’université Tsinghua, recrutée tout récemment à l’université Fudan à Pékin), consacré aux concepts de société et de communauté dans la pensée chinoise et dans l’assimilation chinoise de la pensée sociale européenne, a permis de donner un ancrage aux comparaisons franco-asiatiques.

La rencontre de Pékin nourrira par ailleurs le processus de préparation des deux numéros Est-Ouest prévus, en 2019 et 2020, dans la Revue de Philosophie Economique/ Review of Economic Philosophy. Ce projet éditorial illustrera la volonté de décloisonnement des cultures de recherche occidentales et asiatiques qui s’est exprimée lors de la séance de clôture du congrès de Pékin. 

La liaison entre interdisciplinarité et dialogue interculturel illustrée par la rencontre de Pékin et par la rencontre organisée parallèlement avec les collègues de l’université Tsinghua (qui a accueilli A. Palermo, E. Picavet et G. Campagnolo à l’occasion du congrès), à l’initiative de la pr. Xia Ying, appelait d’autres approfondissements. De fait, la question a été reprise, à partir de l’exemple de cette table ronde, dans l’intervention d’E. Picavet le 30 octobre 2018, en Sorbonne, dans le cadre du colloque du programme « L’humanisme en Europe et en Chine ».

Enfin, la présence de Francesco di Iorio, professeur à l’université de Nankai, aura permis d’associer les études réalisées en France sur la régulation et les normes au lancement cette année, en Chine, à l’initiative du pr. Di Iorio, de la Société asiatique des études en philosophie des sciences sociales (dont le premier congrès aura lieu à Nankai en 2019).

Le lancement du programme partenarial CHRONOS aura fait l’objet d’une annonce lors de la table ronde.

Programme de la rencontre

– 9h Emmanuel Picavet        « La diversité des approches normatives et les risques de la régulation ».   

 – 9h30  Jean Devos  “Le concept de régulation”

– 10h Gilles Campagnolo  Penser l’apprentissage de la responsabilité avec Karl Popper : la pertinence de l’apprentissage de la règle dans la question de la régulation

– 10h30 Pause

 10h45 –11h15 Angela Palermo: “Argumentation, raisonnement et écriture des normes”

11h15-11h45  Jacob Dahl Rendtorff  « Ethique et régulation de la responsabilité et de l’éthique de l’entreprise»

11h45-13h    Synthèse et perspectives ; discussion générale.  

Déroulement des débats

Emmanuel Picavet  a consacré son exposé, à finalité partiellement introductive, au thème de la diversité des approches normatives face aux risques de la régulation. C’est dans cette perspective qu’il a pu faire ressortir la nécessité actuelle du lancement d’un programme tel que CHRONOS.

La présentation s’articulait au constat qui donne sa raison d’être à la table ronde: dans la régulation de systèmes complexes comportant des interactions sociales, l’éthique est indissociable des connaissances que l’on développe à propos de ces systèmes. C’est sur la base de ce constat que se profile la figure contemporaine d’un « risque de régulation » spécifique, dont les enjeux restent mal éclaircis.

La clarification des connaissances mobilisées à propos des fonctionnements des systèmes à réguler est a priori un facteur de meilleure identification des enjeux proprement éthiques. Toutefois, de nombreuses recherches récentes montrent aussi que la mobilisation des modèles ou des théories oriente dans un certain sens les arguments éthiques recevables, les finalités collectives reconnues, les modalités acceptées de justification, etc. Or, les biais qui en résultent comportent des risques qui affectent la régulation elle-même et non pas seulement les événements indépendants dont elle tire sa justification du fait du besoin d’encadrement ou de sécurisation.

Les appels à la prise de conscience des risques mobilisent des systèmes d’orientation collective volontariste, de concertation et d’organisation du débat, de garanties (et d’interdictions corrélées), de régulation politique ou administrative des interactions sociales (avec leurs volets économiques, scientifiques technologiques et normatifs). Se posent donc des problèmes de conception de la délibération, de la concertation, de la décision collective. A partir du cas de l’éthique financière, il apparaît que la dimension mondiale des risques appelle d’emblée un dialogue dépassant les héritages nationaux et culturels à un certain échelon de la problématique, sans nier pour autant les diffractions significatives des problèmes communs dans les différents « milieux » humains structurés par des identités et héritages particuliers.

Ainsi, la structuration nationale des professions et des systèmes sociaux ne peut être ignorée. N’est-elle pas une ressource et un gage de diversité des solutions, et pas seulement un obstacle opposé à la quête (éventuellement déraisonnable) de l’uniformité ? La manière de penser la régulation fait intervenir nos conceptions de la complexité mais elle doit mobiliser aussi – c’est ce que nous tenterons de montrer – un rapport spécifique, et qui doit être assumé, à la diversité des approches de la réalité sociale et aux différentes manières de comprendre les objectifs de la maîtrise des systèmes et de la concrétisation de valeurs ou principes. L’analyse a été illustrée par certaines évolutions récentes des systèmes de régulation financière et assurantielle, saisis dans leurs rapports avec les traditions et les formes de légitimation issues du développement de l’Etat social européen.  

Jean Devos a cherché à cerner le concept de régulation avec l’ambition d’en analyser la signification et d’en mesurer la portée épistémologique et éthique. Le concept de régulation concerne à la fois la connaissance du vivant, la science des machines, et l’étude des sociétés. La régulation, qui est « le fait biologique par excellence » (G. Canguilhem), recèle des  potentialités d’extension à la société : en effet, l’organisation sociale est viable dans la mesure de l’efficience des mécanismes régulateurs qui y sont montés. On attend des dispositifs régulateurs qu’ils concourent à l’endurance des ensembles humains, par nature complexes et instables. L’autorégulation de la machine organisée vaut comme modèle d’efficacité pour soutenir l’existence d’une totalité dans la durée.

  Cela pose le problème des limites de l’articulation du social au biologique. Il s’agit de distinguer trois modes du concept de régulation, selon qu’il concerne la connaissance du vivant, les machines considérées en elles-mêmes, ou l’organisation de la société. Sans ces distinctions, nous risquons de confondre des régimes de normativité pourtant bien différents. L’assimilation de la régulation sociale à une régulation de type mécanique se double d’une confusion entre normes éthiques et normes techniques. Or, la norme éthique n’est pas de même ordre que celle qui commande l’efficience technique : elle est une norme du jugement sur la conduite, et non pas une norme de la conduite. Il s’agit in fine de démontrer la nécessaire subordination de l’extension du concept de régulation aux normes éthiques fondamentales, dont la première est la liberté de jugement. 

  L’exposé de Gilles Campagnolo, partant d’une évocation très synthétique des enjeux actuels de la philosophie économique (notamment dans le dialogue entre l’Europe et l’Asie qu’illustrent un certain nombre de parutions récentes), s’est tourné ensuite vers l’intérêt persistant de la philosophie de Popper. S’il est une figure de Karl Popper qui semble avoir échappé au commentaire, du moins en langue française, c’est celle de Popper pédagogue intéressé aux questions de l’apprentissage du côté du sujet et donc de la psychologie des apprenants, avant même de se tourner vers la logique de ce qui doit être appris. Cette négligence du commentaire contribue à donner l’image d’un auteur dont la théorie est par ailleurs souvent (et à tort) réduite à son épistémologie « faillibiliste ».

  La face méconnue de Popper correspond paradoxalement à ses racines les plus originelles, la période « viennoise » de sa vie : son enfance et sa jeunesse, la période de formation et ce qui contribua à faire de l’auteur de la Logique de la découverte scientifique un penseur qui devait être autant attaqué que célébré. En particulier, en contexte français, la traduction tardive de ses oeuvres, a eu cet pour effet une certaine réticence produisant à son tour un rejet ou une limitation de sa réception. L’édition par G. Campagnolo de ses textes de jeunesses (publiés à Vienne avant la Logik der Forschung), fondée sur un travail fouillé dans les archives de la Karl Popper Sammlung vient en quelque sorte clôturer, en la rectifiant de ce point de vue, un travail éditorial jusque-là encore partiel.

  Ces premiers textes (prévus pour parution à l’automne 2018) sont relatifs aux questions de l’apprentissage, de l’expérience et de la mémoire, et tous liés mais non circonscrits à des questions pédagogiques. Non seulement la théorie épistémologique de Popper n’est pas surgie soudain toute armée de son esprit, mais les éléments qui contribuèrent à la faire naître peuvent être tout à fait documentés sur pièce et les caractéristiques qu’ils présentent ne disparurent pas de l’oeuvre de Popper – au contraire, c’est cet accent initial qui, avec quelque inflexion, fut développé ensuite dans la direction que ses recherches devaient prendre, depuis la psychologie de la pédagogie jusqu’à la logique psychologique, à la logique des sciences et à l’épistémologie tout court.

  En retraçant ce parcours, G. Campagnolo a souligné les caractères spécifiques de l’apprentissage de la règle lorsqu’il s’agit de développer une analyse de la réception de la réglementation, à propos de questions relevant des sphères sociale et surtout économique – dont la sphère financière constitue alors un exemple étonnamment pur.

Angela G. Palermo, évoquant la triade « Argumentation, raisonnement et écriture des normes », a proposé des analyses approfondies du rapport au probable et donc au risque. A l’époque moderne, la tentative de rationalisation à laquelle ont été sujettes les « Sciences Humaines », comme le droit, s’est déployée à l’aide de la construction d’un nouveau langage qui avait, au fond, une volonté réformatrice.

La philosophie des sciences humaines du XVIIe siècle est une philosophie de la représentation, le signe écrit étant l’expression d’une exigence qui vise au dépassement des limites posés par le langage commun. La nouvelle conception binaire du signe a séparé le vu et le lu, le visible et l’énonçable. Pour que le droit devienne une science, il lui a fallu s’affranchir de sa dimension orale et argumentative. La philosophie des sciences humaines à l’époque moderne, avec toutes les complexes questions épistémologiques qui lui sont attachées, devient alors l’occasion de jeter un regard attentif et novateur sur la philosophie de l’argumentation contemporaine, sur la rhétorique et sur le rôle des Sciences Humaines aujourd’hui. Ces questions sont d’autant plus intéressantes qu’elles se situent à la limite entre science et morale, en brisant l’ancien dualisme à l’intérieur duquel s’est développée la théorie de la connaissance pendant des siècles.

L’exposé d’A. Palermo a lancé le débat sur le sens des tentatives de rationalisation des normes qui passent par l’adoption (ou la tentative d’adoption) d’un langage théorique. Le risque de remplacement artificiel de questions pressantes par des problèmes théoriques est réel ; d’un autre côté, bien sûr, on ne peut oublier la force des aspirations à la systématisation et à la démonstration. Le rêve du XVIIe siècle est resté inabouti mais l’essor de la logique formelle, du calcul des probabilités, et plus tard de la théorie des jeux et de la théorie des choix collectif, ont eu un impact sur nos conceptions du droit et des droits individuels.

Enfin, la lecture d’un texte confié à E. Picavet par Jacob Rendtorff a permis de poser d’autres  jalons pour l’étude des rapports entre éthique et régulation. Nourrie des réflexions et des aspirations contemporaines en matière de responsabilité sociale et environnementale, cette contribution a permis de comprendre que l’adoption de règles contraignantes ne peut jamais être interprétée comme la conséquence logique de l’approbation morale des buts qui orientent la rédaction des règles. En réalité, dans un certain nombre de domaines, la liaison entre règles impératives et éthique relève d’une dialectique plus complexe. L’endossement de repères éthiques joue dans la régulation de systèmes sociaux complexes un rôle que ne remplace pas l’édiction de règles contraignantes. Pour de multiples raisons, la régulation s’appuie sur l’endossement personnel des valeurs et l’engagement. L’exposé a bien montré que ce complexe d’idées joue un rôle dans la pluralisation contemporaine des fonctions ou rôles reconnus aux entreprises.

  La discussion générale a ouvert d’autres perspectives. Ainsi, le professeur Daniel Schulthess (université de Neuchâtel) a souligné que la table ronde aboutissait au diagnostic d’une tension forte entre régulation et compétition. Pour autant, poursuivait-il, la concurrence mène à des besoins de régulation. De fait, les participants ont convenu de la nécessité de la prise en compte de la dynamique propre aux normes pour bien saisir la manière dont les tâches de régulation associent les règles, l’éthique et les modèles de la concurrence.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.